Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 17:26

Madame Mitois, bignole moustachu et traîne savate, faisant parti des murs de

cet immeuble,  est décédée tragiquement au mois d’août.

 

Tombée dans l’escalier vertigineux menant au deuxième sous-sol de l’immeuble

déserté par ses occupants friands de congés payés. Elle ne fut retrouvée  que trois

 semaines plus tard selon le médecin légiste, grignotée telle  une biscotte par

des rats en goguette. C’est le nouveau propriétaire du cinquième gauche, désireux

de connaître les parties communes de l’immeuble et attiré par une odeur entêtante

qui fit la macabre découverte.

 

Recroquevillée contre le mur en parpaings fermant l’entrée de ce sous- sol, qui de

mémoire de Monsieur Charles , selon les dires des anciens locataires, était muré

depuis très longtemps, elle gisait, vidée de sa substance.

Il y eu enquête, examen des lieux, interrogatoires des occupants, qui ont omis de

parlé de la guerre sournoise que se livrait Monsieur Charles et la pipelette, pas

 très estimée, il est vrai.

Entre gens courtois, les langues savent se taire. Les ragots de couloirs ne

doivent pas sortir de l’immeuble.

  D’ailleurs Monsieur Charles était en vacances à Cannes,un homme si charmant,

 pensez donc.

Qui se soucie de cette femme sans famille, à part son matou aussi miteux qu’elle,

réfugié chez la commère d’en face.

 

 C’est drôle comme certains chats sont destinés à vivre leur vie durant

dans de minuscules loges à l’abri des coups de soleil !

 

La police a conclu à un accident, et ôté les scellés apposés sur la porte de la

conciergerie, le temps de l’enquête.

Ses Charentaises sans âge, simplement enfilées n’avaient pas fait bon ménage

avec les marches  usées, épaufrées, d’inégale hauteur.

-       Que faisait-elle dans cet escalier, pense Julia ?

Depuis toujours intriguée par ce mur, elle aimerait pouvoir le faire ouvrir et

explorer ce tréfonds.

Peut être mène-t-il jusqu’aux catacombes ?

 

Qui peut se vanter de connaître Madame Mitois ?

 

Les marchandes de quatre saisons ?

Certainement ses seules copines; le mot est inapproprié, plutôt des relations

de trottoirs.

Certaines vous diront qu’elle était veuve de la grande guerre, d’autres qu’elle

avait un fils, disparut comment ? L’énigme reste entière. Il avait seize ans pour

 certains,

plus âgé pour d’autres. Mais avait-elle un fils ?

 

Longtemps, sa jupe d’un autre âge balayant le macadam, son dialogue avec

elle-même ponctué de balancements de tête mettant en péril sa chevelure

 mitée de gorgone fatiguée, hanteront l’avenue.

L’assistance s’étonnera, lorsque Madame Andréas précisera qu’elle était née

à Paris, en 1900.

62ans…cette femme sans âge, avec sa solitude pour seule compagne, restera un

mystère pour cette copropriété.

 

Décédée, elle prenait de l’ importance, mais il était trop tard.

 

 

 

extrait de: 46 Gobelins...la concierge est dans l'escalier copyright

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 19:31

Après une retraite pour cause d'écriture, je retrouve enfin le soleil... sic... et les parapluies.

Chantons sous la pluie n'est-il pas un vaste programme!

Descente de Loge, qu'est ce à dire?

Encore les élucubrations de cette Julia!

Que nenni,  mes amis, c'est simplement: le retour à la vie courante, après avoir accomplis

en vase clos un projet, un manuscrit, un devoir que sais-je...

Ce terme était employé en architecture, au temps jadis!

Donc, le deuxième roman étant terminé, prêt à l'édition, je me réjouis de sortir de ma bulle,

et de retrouver tous ces connus et inconnus qui jalonnent mon blog.

Bientôt, je dévoilerai des extraits de ce nouveau roman:

 

46 Gobelins, la concierge est dans l'escalier.

 

Julia vous entrainera dans sa  quête de l'assassin!

 

A bientôt, je cours profiter d'un timide rayon de soleil qui darde en cette fin de journée.

 

Chantal

Partager cet article

Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 15:58

radio alpha , une fois de plus au rendez-vous pour mettre à l'honneur les Portugais de France.

 

En attendant de vous retrouver sur le stand de la Haute-Normandie, au salon du livre de Paris du 16 au 19 mars...  

 

Julia vous y attend.... A bientôt   micro

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 18:15

Pour tous mes amis parisiens connus et inconnus je serai:

 

au salon du livre de Paris du 16 au 19 Mars sur le stand de "la Haute-Normandie" 

sur  l'espace "Première fois au salon..."

  salondulivreMars2012

je serai heureuse de vous rencontrez lors des dédicaces de 11h à 12h et de 15h à 17h...

et de papoter avec vous.

A bientôt, je suis impatiente de connaître de l'intérieur ce salon qui toujours m'a fait rêver!

Jamais je n'aurais imaginé me retrouver un jour de l'autre côté de la table! 

 

Chantal

Partager cet article

Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 16:33

1 kg environ de morue séchée et salée.

1 boite de pois chiches en boite ou des secs

2 oignons

1 tête d'ail

4 tomates bien mures

1 bouquet de thym et laurier

1 botte de persil plat

cumin

poivre

huile d'olive

 

faire dessaler la morue 2 jours et 2 nuits en renouvelant l'eau souvent

 

une fois dessalée, la couper en morceau, la cuire dans de l'eau froide, jusqu'à

frémissement, puis la sortir, l'égoutter, la rafraîchir sous l'eau froide et enlever la peau et les arêtes.

 

dans une cocotte, faire revenir les oignons pelés et émincés, les gousses d'ail pelées, dégermées, et écrasées dans de l'huile d'olive bien chaude.

quand cela commence à blondir, ajouter le thym et laurier, les tomates grossièrement

concassées.

mouiller avec 1/2 litre d'eau et laisser mijoter jusqu'à l'obtention d'un coulis pas trop épais

 

pendant ce temps dans une cocotte, mettre de l'huile d'olive, et jeter dedans les pois chiches, avec un peu de cumin, et laisser doucement revenir afin qu'ils prennent bien l'odeur du cumin.

 

lorsque le coulis est prêt, introduire les pois chiches, la morue et le persil finement ciselé.

poivrer.

gouter pour voir si vous devez ajouter du sel!

 

mélanger l'ensemble et faire mijoter doucement 15 minutes à couvert.

 

 

pour clore les "oeillades portugaises"

Partager cet article

Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 21:49

 

conférence du 27 février 2012 dans le cadre des "oeillades portugaises" organisées

par le Centre Culturel Européen, à Nantes

pour tous ceux qui désirent  en savoir un peu plus sur les marranes, un petit click sur le drapeau portugaisdrapeau P

 

 

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 18:28

articles janvier 2012:

debut article ouestfranceJanv2012

 

 

CCF27012012 00000

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 20:25

 

J’ai vu le jour, dans le Paris des années cinquante…vous savez celui des chevaux tirant la voiture du laitier ou bien du marchand de pain de glace, du vitrier, du rémouleur, des chanteurs de rue, et des enfants n’ayant pas le droit de parler à table.

 

Entre les culottes   Petit Bateaux, les robes smockées de ma tendre enfance, et l’austérité de mon adolescence studieuse, je n’ai fait que suivre les directives de ma mère et les interdits de mon immigré de père !

 

Admettez-le : dans ce programme la fantaisie ne fait pas partie du paysage…

 

Pourtant, j’avais la sensation dans ma tête de petite fille enrubannée, que la vie ne devait pas être aussi réglementée.…pourquoi je ne saurais le dire…une impression

 

Que faire pour tromper l’ennui de cette vie coincée entre devoir et règles : lire, écrire de tous petits poèmes, histoire de s’amuser avec les mots ou bien assouvir cette envie de dessiner me grattant la main.

 

Etais-je douée…j’avoue ne pas m’être posé la question…je dessinais… ainsi j’avais la paix.

 

A 14 ans, dans mon cours complémentaire (le lycée étant trop onéreux pour ma famille, à l’époque il fallait acheter les livres) je m’efforçais de bien travailler, mais sans joie… une fois de plus ma mère avait orchestré d'une main d'une main magistrale mon devenir…

 

-tu seras secrétaire ma fille !

 

Et pour compléter la panoplie de la parfaite ados modèle…

 

-bilingue(à l’époque parler anglais était encore une signe de bonnes études)

 

Ce fut la meilleure façon de me fâcher à vie avec la langue de Shakespeare !

Refusant (dans ma tête) de rester coincée entre la machine à écrire,

ses tabulateurs, et ces signes kabbalistiques relevant du vermicelle en

folie appelés sténo…

 

 

Je lâchais le chemin de vie tracé par mes parents et me lançais dans le vide…sans filet !

 

C’est ainsi que je m’inscrivis à un concours pour intégrer une école d’art plastique, naturellement en cachette de la haute autorité…

 

Pour la première fois dans ma vie d’écolière, je sèche les cours,et je vais sereinement à ce concours… malheureusement, le hasard me joua un vilain tour : la fille d’un copain de mon père était présente, et...

s’empressa en toute innocence d’aller moucharder !

 

Foudre paternel naturellement, mais devant le résultat plus qu’honorable...

Je pus intégrer cette école qui bouleversera ma vie et celle de ma mère

par la même occasion !

J’avalais les études avec boulimie et obtins mon diplôme sans difficulté.

 

J’avais trouvé ma voix, quoique la peinture, la céramique, le dessin de mode, n’étaientvraiment pas ma tasse de thé, je n’aimais que l’art graphique !

 

Ne sachant trop que faire, comme profession, mais sure de ce que je ne voulais pas, je me laissais tenter par mon boy mon boy-friend de l’époque qui commençait des études d’architecte aux Beaux Arts.

 

Architecte pourquoi pas.

 

J’étais loin de me douter que je venais de mettre le pied dans une fourmilière

 

géante de machos.

 

Je passerai sous silence les quolibets de mes condisciples lorsque pour la première fois je me présentais …dans mon atelier, nous étions 3 filles pour une bonne trentaine de garçons !

 

Et je ne parle pas des ateliers concurrents

 

Nous devions monter très vite ce superbe escalier du Quais Malaquais, si nous ne voulions nous faire coincer par les étudiants de ces ateliers, et nous faire  séquestrer pendant quelques heures, voire plus.

 

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, je fus déniaisée verbalement.

 

Je ne sais pas comment je réussis à garder la tête haute, mais je passais sans trop de dégât cette première étape dans ma vie de femme du bâtiment !

 

Ce n’était qu’un début…

Les études avancent, mai 68 vient chambouler la donne, mon école ferme.

 

Mais là encore le hasard, le destin, la chance, mis sur mon chemin d’étudiante en errance un homme (homosexuel, il est vrai!) sut me faire confiance…

 

Venant d’acheter un studio, rue Grégoire de Tours, il me demande de le restructurer…

Ne doutant de rien et surtout pas de moi je me lance dans l’aventure !

Je dors très mal, car cet appartement démoli hante mes nuits !

 

La 1èredémolition, c’est traumatisant, après on s’habitue.

Fin de mon 1erchantier…

 

Le résultat enchanta le propriétaire …une réaction boule de neige s’en suivit m’obligeant à prendre ce métier à bras le corps. Je découvris les arcanes de la rénovation et aussi le machisme des hommes du bâtiment.

 

Un milieu d’homme où les femmes n’avaient pas leur place !

Un silence à couper au couteau envahissait le chantier dès que j’y mettais mon pied.

Ils s’arrêtaient de travailler, accrochant à leur face un sourire narquois et même grivois (j’avais 22, 23 ans à l’époque !)

Très vite je compris que si je voulais me glisser parmi eux, je devais connaître  mon dossier sur le bout des doigts

 

Ils m’attendaient au tournant, j’étais la patronne mais je n’avais pas le droit à l’erreur.

 

J’appris très vite à toujours demander les choses en douceur, sans élever la voix.

J’avoue qu’au début je jouais de ma condition de femme, un sourire, un regard…

l’homme même macho à du mal à résister !

Mais j’avançais dans la connaissance de ce milieu, j’appris à les aborder.

j’étais si passionnée par ce métier, que je mis tout en œuvre pour m'immiscer

dans cette confrérie du bâtiment si particulière.

 

Maintenant ce n’est plus pareil, le bâtiment se féminise, les femmes architectes, architectes d’intérieur, designer, sont pléthores et il n’est pas rare de rencontrer des menuisières, des plombières, des carreleuses, électriciennes etc. sur les chantiers, tous ces noms qui n’avaient pas de féminin !

 

Naturellement il va s’en dire que le port de la jupe n’est pas usité !

Mais je suis toujours restée une femme, avec mes qualités et mes défauts féminins.

Je n’ai pas cherché à imiter les hommes et je dois dire que maintenant

je travaille en confiance avec des équipes qui ont appris à me voir dans leur univers.

 

Je réussi à m’imposer comme maître d’œuvre sans  en imposer, sans exiger!

J’ai travaillé avec mes armes de femme !

 

Toutefois ayant déménagée il y a 3 ans en Province, j’entrepris la rénovation de ma maison.

Au début du chantier, je m’aperçus avec horreur que les entrepreneurs

auxquels je m’adressais, répondaient…A mon mari !

 

Vieux reflex de caste pas encore disparus en province ! en 2008

La vie professionnelle passant, je ne dirais pas que la routine s’installe, mais

je suis plus aguerrie aux aléas qui inévitablement jalonnent les chantiers.

Comme je m’y attends, je les devance, et je ne me laisse jamais prendre

au dépourvu.

 

Et lorsqu’ils me posent une question un peu tordu, histoire de voir…

 

Mon cerveau a pris l’habitude de fonctionner comme une machine à sous en folie, afin de me permettre de leur donner une réponse très rapidement.

Maintenant que je vis et travaille en Province avec une équipe qui commence à

se familiariser avec ma façon de faire, j ‘ai dégagé du temps…circulation, stationnement…

 

donc les rendez-vous respectés etc..

cela me permet de me consacrer à ma 2èmepassion : l’écriture, oubliée

sur le bas côté de ma vie pendant toutes ces années parisiennes.

 

Et je dois dire que lors de la construction, pardon l’écriture de mon premier roman, j’ai éprouvé le même ressenti que pour mon premier chantier : naviguer à vue en gardant dans ma ligne de mire : l’aboutissement de l’ouvrage.

 

Une fois de plus je me suis jeté dans l’abîme, en sachant seulement que je voulais réussir… comment ?

Je l’ignorais mais j’avançais…pour découvrir finalement

Une autre sorte de ségrégation, celle oh ! Combien arbitraire du landerneau

littéraire.

 

Le roman terminé…alors…commence :

La chasse à l’éditeur…difficile sans munition, c'est-à-dire, sans recommandation, sans faire valoir, sans viatique émanant d’une personne bien en cour.

 

Et puis j’ai fait fort, j’ai mis de mon côté tous les désavantages :

 

-mon âge en ce siècle de jeunisme récurant

-une étoile de David sur la couverture

-un premier roman

 

Heureusement, j’ai trouvé un petit éditeur et qui plus est un pionnier dans le combat pour l’égalité des sexes, c'est-à-dire qu’il s’engage à défendre la règle grammaticale de proximité !

 

Pour lui : à bas, le grammairien Claude Favre de Vaugelas qui en 1647 avait décrété :

 

le genre masculin est le genre le plus noble», repris en 1767 par Nicolas Beauzée qui fit plus fort :

 

Le genre masculin est réputé plus noble que le genre féminin, à cause de la supériorité du mâle sur la femelle !

Depuis 1998 les choses ont changé…maintenant nous disons :

Que les hommes et les femmes soient belles !

 

 

Chantal

 

 

extrait d'une conférence le 30 janvier 2012 à Paris

 

thème: choisir de se réaliser!

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 17:25
Seule devant mon clavier, le jugement n'est pas toujours aisé...
Le mot est-il bien choisi?
L'atmosphère palpable?
Vais-je être capable de faire passer le message?
Alors, lorsqu'au détour d'un mail, je découvre ce gentil mot d'encouragement, je ne peux
que vous en faire profiter...même si mes chevilles enflent! 
"Souvenez vous, Madame, du Salon du livre de Soligny la Trappe au cours duquel je suis revenue pour acquérir votre ouvrage, interrompant votre repas ?
Je viens de terminer ce beau livre dans lequel j'ai retrouvé tout cet environnement qui a accompagné mon enfance. Plus âgée que vous de quelques années, le contexte reste le même, celui d'après guerre.Votre écriture est fluide, imagée, remplie de détails qui me font penser aussitôt aux scènes de la vie courante : les seaux de charbon que mon père remontait au 3ème étage pour alimenter la seule cuisinière de l'appartement, le vitrier avec son harnachement de vitres sur le dos, le rémouleur et sa carriole, le livreur de charbon et son percheron....Bref, je ne vais pas réécrire en moins bien votre oeuvre qui, je pense, est une autobiographie déguisée et qui se lit avec gourmandise et d'une traite.
Le lecteur va crescendo à la découverte de vos origines lesquelles vous font prendre une décision irrévocable mais combien courageuse !
Je hais le racisme et l'antisémitisme autant que l'injustice mais comment sortir de ce fatras de bêtises et d'ignorance humaines, quel que soit le lieu sur terre et quel que soit la religion ?
Votre éditeur avait bien raison de me vanter votre écriture que je commenterai au cours de la prochaine réunion de club de lecture auquel j'appartiens.
Merci. Avec mes meilleurs sentiments
Nicole"
 
Comme dirait La Grande Zaza, aux apparitions trop rares, à mon goût, il faut savoir accepter les remarques élogieuses sans fausse modestie!
Merci
 
Chantal
 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 22:28

 Voici une critique d'Eric Naulleau envoyée à mon éditeur: les éditions Cogito ergo sum

 

 

ericnaulleau Si vous désirez faire un petit cadeau de Noël, je vous conseil vivement d'aller sur le site de mon éditeur. Vous trouverez naturellement Gazoute ou l'étoile en balsa, mais aussi un polar  pour adolescent, et un pour adulte.

 

www.editionscogito.fr

 

de plus le port est gratuit, et oui il est généreux...mon éditeur

 

Joyeux Noël

 

Chantal

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des livres de julia
  • : ce blog: pour tous ceux ,qui comme Julia, marranne du Portugal, sont à la recherche de leur identité juive. Architecte d'intérieur et gourmande elle vous transmet des conseils en déco, et de délicieuses recettes .
  • Contact

Profil

  • leslivresdejulia.over-blog.com
  • issue d'une famille de marranes,je suis très attachée à mon identité juive,et à toutes ces traditions qui ont bercées ma jeunesse. 
 je suis passionnée pour mon métier d'architecte d'intérieur et par  l'écriture  qui me permet le rêve.
  • issue d'une famille de marranes,je suis très attachée à mon identité juive,et à toutes ces traditions qui ont bercées ma jeunesse. je suis passionnée pour mon métier d'architecte d'intérieur et par l'écriture qui me permet le rêve.

l'auteur

Chantal FIGUEIRA LEVY, écrit depuis quelques années des romans autour de personnes réunies par la même recherche d'identité.

Son personnage principal est Julia FRANCES.

Dans la vie professionnelle, Chantal FIGUEIRA LEVY est architecte d'intérieur, et de ce fait , son héroine évolue dans ce milieu.

vos commentaires

n'hésitez pas à laisser ici vos commentaires sur le livre :

http://www.leslivresdejulia.com/article-commentaires-sur-gazoute-85290023.html